Poèmes

La routine


Quand tout est mécanisé, que les gestes sont attendus,
qu’il n’y a plus de sensualité, qu’on ne se regarde plus,
c’est qu’elle s’est insinuée.

Quand les qualités deviennent défauts, l'intimité presque gênante,
que ce pastiche sonne faux emprunté aux félicités apparentes,
c'est qu'elle s'est immiscée.

C’est un poison latent, sans bruit il prend son temps,
il fait de deux amants des âmes en peine.

La routine, la roue tourne,
douce torpeur qui endort l’amour et peu à peu l’assassine.

Elle a fait ses valises, Lise, Lise s’en va.

Quand la vie devient insipide, que l’envie s’échappe peu à peu,
que le désir d'abord rigide finit par disparaître du jeu,
c'est qu'elle s'est incrustée.

Quand les ramages sont si profonds que l'émotion devient rituel,
que l'on prend l'autre pour un con par des mots vides, habituels,
c'est qu'elle a gagné.

Ce poison est très lent, sans bruit il prend son temps,
et fait de deux amants des errances vaines.

La routine, la roue tourne,
douce berceuse qui endort l’amour et peu à peu l’assassine.

Elle a fait ses valises, Lise, Lise s’en va.  

Articles les plus consultés

La mèche

Pensée